19/12: La réforme fiscale devrait être votée cette semaine

Annonce importante:

Bonjour à tous, étant donné que nous avons environ 500 utilisateurs réguliers (statistiques google) sur nos modules gratuits mais qu'à peine 10% semblent être prêts à payer pour utiliser nos services, nous considérons que la situation actuelle devient difficilement tenable. Travaillez-vous gratuitement? Probablement que non. Nous non plus...

Alors que nous avons commencé ce projet il y a 5ans en vue d'aider les investisseurs privés, nous allons devoir prendre des mesures drastiques et nous concentrer exclusivement sur les investisseurs professionnels qui sont prêts à payer un prix correct pour nos services. La culture du tout gratuit sur internet a des limites et nous ne pouvons nous permettre de continuer à financer un site qui nous coûte de l'argent chaque mois. Nous avons donc décidé de stopper sigma-invest en date du 28 février 2018.

Les investisseurs professionnels souhaitant avoir accès à notre site pro (www.sigma-analytics.com) peuvent nous contacter par email (admin@sigma-invest.com) afin de prendre connaissance des modalités d'abonnement.

Nous remercions les personnes qui nous ont fait confiance, et tous nos abonnés, nous espérons pouvoir les aider afin que cette transition soit la plus souple possible pour eux.

Joyeux Noël et bonne année 2018 à tous.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

A dater de ce jour, nos analyses seront uniquement postées dans la partie réservée à nos abonnés actifs: Analyse -> Analyse de marché.

 

15/12: Les marchés se replient

Les marchés sont historiquement peu actifs en cette période de l'année et, étant donné l'environnement global de volatilité depuis plusieurs mois, nous ne voyons pas de raison pour justifier un mouvement brutal des indices d'ici la fin de l'année, à moins d'un coup de tonnerre au niveau de la réforme fiscale américaine.

Il est vrai que depuis les élections en Alabama et la perte d'un siège au sénat par les républicains (ils n'en auront donc plus que 51 sur 100 d'ici quelques mois), les élections de mi-mandat (nov 2018) doivent être dans la tête de bon nombre de républicains et il devient donc délicat de faire passer des lois perçues comme allant à l'encontre de la classe moyenne. Certains sénateurs pourraient donc être tenter de préserver leur intérêt électoral personnel plutôt que de voter en faveur de la réforme fiscale.

Europe

Le Sigma Whole Europe Index a buté contre sa résistance horizontale et un mouvement de reflux des cours semble se mettre en place.

 

 

La situation est tout à fait similaire sur les indices individuels majeurs:

 

USA

Le Sigma Whole US index semble dessiner une sorte de double top. Le marché américain est donc à risque tant qu'il ne surpasse pas ses sommets historiques. Une cassure des plus bas du mois de décembre est requise pour confirmer le scénario de double top.

 

Le Russell200 et le S&P Small Cap600 poursuivent le repli entamé en début de semaine. Ici aussi, on est en droit de se demander si les élections sénatoriales en Alabama n'ont pas eu de lourdes conséquences sur les anticipations de succès de la réforme fiscale et donc sur les indices qui en seraient les grands bénéficiaires.

 

Conclusion

La situation technique du marché semble se fragiliser en ce moment, et nous préférons donc adopter un biais plus prudent (voire négatif) dans ce contexte. Notre signal vendeur sur les bourses européennes en clôture du 13 décembre semble avoir été efficace.

14/12: Hausse de 25bps de la Fed, signal de vente en Europe

Sans aucune surprise la Fed a augmenté de 25bps ses taux. Ce qui a par contre été beaucoup plus surprenant ce sont les propos de J.Yellen disant que "ce n'est pas parce que les marchés traitent sur des niveaux historiquement élevés que cela signifie qu'ils sont surévalués...". Pour ceux qui doutaient encore du caractère ultra accommodant de J.Yellen, voici un bel exemple de plus. Heureusement qu'elle n'était pas à la tête de la Fed en 2000, elle nous aurait dit qu'il n'y avait pas de bulle dans les technos...

Europe

Nous n'allons pas nous attarder sur l'analyse du Sigma Whole Europe Index qui ne fait plus grand chose depuis plusieurs séances. A noter cependant que notre modèle d'analyse de tendance vient de générer un signal de vente sur le marché européen.

 

USA

Le Sigma Whole US Index est en situation délicate car un scénario de double top (avec second top lus bas que le premier) est potentiellement en "construction". Un nouveau sommet est requis afin d'écarter ce scénario.

 

 

Il y a toujours une divergence forte entre le S&P et le DJ Industrials d'une part et d'autres indices moins médiatisés.

 

Conclusion

Nous gardons un biais baissier même s'il faut reconnaitre que les deux dernières semaines de l'année sont généralement faiblement volatiles. Nous n'attendons donc pas de forte hausse de la volatilité dans les deux prochaines semaines.

P.S.: Après avoir vendu notre position en Ahold Delhaize sur un gain de 22% la semaine dernière, nous avons clôturé hier notre position en Kohl's sur un gain de 28% (nos positions sont uniquement accessibles à nos abonnés).

13/12: Réunion de la Fed

La Fed devrait annoncer ce mercredi, sans aucune surprise, une remontée de 25bps de ses taux directeurs. Le marché est bien préparé à ce mouvement et y accorde une probabilité de près de 100%. Pour la suite, les divergences restent importantes entre la volonté affichée par la Fed de remonter par 4 fois ses taux tandis que le marché n'intègre que 2 voire 3 hausses de taux. Un travail de communication important reste donc à faire, mais ce sera la tâche du nouveau Président la Fed (J.Powell) qui prendra ses fonctions en février 2018.

Toujours au rayon politique, le démocrates ont remporté les élections sénatoriales en Alabama, ce qui met donc désormais D.Trump dans une situation très délicate car sa majorité au sénat ne repose désormais plus que sur un seul siège (51 républicains vs 49 démocrates). il sera donc dorénavant très difficile pour D.Trump de faire passer ses lois sans devoir négocier avec les démocrates. Ceci pourrait donc venir interférer le programme de réforme fiscale car si les démocrates réussissent à "gagner du temps", ils pourraient bloquer/perturber cette réforme une fois que D.Jones (nouveau sénateur démocrate d'Alabama) aura pris ses fonctions.

Europe

Le Sigma Whole Europe Index est juste sous sa résistance horizontale (verte). Une cassure de ce niveau est indispensable afin de pouvoir améliorer la situation technique du marché. Du point de vue risque/rendement, nous considérons donc que la situation actuelle n'est pas en faveur des actions européennes car un reflux des prix sur cette résistance pourrait pousser les indices à la baisse de plusieurs pourcents. Il serait donc préférable d'attendre que cette résistance soie franchie (2 clôtures consécutives) avant d'augmenter son exposition au marché européen.

 

USA

Le Sigma Whole US index est proche de ses sommets historiques et tout reste envisageable à ce stade: nouveaux sommets ou reflux des cours.

 

 

Cependant, étant donné la faiblesse de certains indices majeurs américains depuis plusieurs séances, nous privilégions un scénario de reflux du marché à court terme.

 

Conclusion

L'Europe est sous des résistances majeures et certains indices américains montrent de réels signes de faiblesse. Nous craignons un reflux des indices à courts termes.

 

 

 

12/12: L’Europe reste bloquée sous sa résistance

Il n'y a pas de changement par rapport à notre commentaire de ce lundi: le Sigma Whole Europe Index reste bloqué sous sa résistance tandis que le Sigma Whole Us Index poursuit sa lente progression.

Europe

Le Sigma Whole Europe Index reste sous sa résistance horizontale (verte). Une cassure de ce niveau est indispensable pour réinstaurer une dynamique haussière. A ce stade, vu la proximité de la résistance, nous ne considérons pas qu'il est opportun d'augmenter son exposition aux actions européennes du point de vue risque/rendement.

 

 

Il en est de même sur le CAC, le DAX et l'Eurostoxx: il serait préférable d'attendre que les résistances soient franchies afin de s'assurer que la dynamique haussière et réinitialisée. Dans l'immédiat, alléger des positions semble être la décision la plus adéquate étant donné la force de la résistance en place.

 

USA

Le S&P500, le Nasdaq et le DJ Industrials se rapprochent de leurs sommets tandis que le Russell2000 et le S&P Small Cap semblent se retourner. Une fois de plus, nous sommes donc en présence d'un marché non homogène, ce qui n'est pas positif, du point de vue technique.

 

Conclusion

Nous ne considérons pas la situation actuelle des marchés comme intéressante d'un point de vue risque/rendement, nous avons donc, à ce stade, un biais short avec des stop loss serrés.

 

 

11/12: En attendant la Fed

Les marchés financiers vont entamer ce qui s'apparente à la dernière semaine d'activité financière avant la trêve de fin d'année. Le seul élément marquant de la semaine sera  la réunion de la Fed où J.Yellen devrait, pour la dernière fois de son mandat, remonter les taux de 25bps. Nous n'attendons aucune réaction particulière du marché suite à cette annonce car le marché est bien préparé à la nouvelle et y accorde une probabilité frôlant les 100%.

Pour ce qui est de l'évolution des taux US en 2018, il reste une grande divergence d'opinion entre les investisseurs qui anticipent 2 hausses de 25bps et les guidances de la Fed qui sont de 4 hausses de 25bps. Si la Fed veut réellement procéder à 4 hausses, il lui faudra faire un long travail de préparation du marché car les investisseurs ne sont pas prêts à ce jour et de telles hausses provoqueraient un choc dans le marché.

En Europe, la politique de taux nuls devrait perdurer durant toute l'année 2018, à moins que M.Draghi ne resserre une première fois en décembre de l'année prochaine.

Europe

Le Sigma Whole Europe Index reste sous sa résistance horizontale (verte) et une cassure de ce niveau est requise pour améliorer la situation technique du marché européen.

 

Au niveau des indices individuels, le comportement de ces dernières séances nous semble peu convaincant, et nous gardons donc un biais prudent à ce stade.

 

USA

Le Sigma Whole US index poursuit son rebond après la baisse d'il y a 10 jours. Le marché semble être entré dans une phase de distribution. Tant que de nouveaux sommets ne sont pas réalisés, nous privilégions un scénario de consolidation avec de nouveaux points bas à réaliser dans les prochaines semaines. Bien entendu, une cassure du support horizontal (vert) est requise pour confirmer ce scénario correctif.

 

Conclusion

Nous allons progressivement entrer dans une période de l'année où, traditionnellement, l'activité se réduit progressivement et les marchés se mettent en mode d'attente avant le début de l'année suivante. Nous pensons que cette fin d'année devrait suivre cette "habitude". Pour 2018, nous ne serions pas surpris de constater une hausse significative de la volatilité dès les premières séances de l'année.

 

 

 

6/12: Europe stable, avons-nous un “sell the news” aux USA?

Les marchés européens se comportent relativement bien depuis le début de la semaine tandis qu'une certaine volatilité semble revenir sur le marché US comme l'illustre la volatilité qui est passée de 9.5 à 11.3 en quelques séances. Les valeurs technologiques sont les plus touchées car ce sont elles qui bénéficieront le moins de la réforme fiscale (certaines d'entre-elles verront même leur taux de taxation augmenter car elles ne payaient quasiment pas d'impôt auparavant grâce à l'optimalisation fiscale). Mais ce qui est le plus surprenant, c'est que même les small & mid caps, grandes gagnantes présumées de la réforme fiscale sont également sous pression depuis lundi (Russell 2000, S&P Small Cap 600). Il semble donc que le marché US soit impacté par un traditionnel "Buy the rumor, sell the news (acheter la rumeur, vendre la nouvelle)".

Europe

Le Sigma Whole Europe Index réagit bien depuis le début de la semaine mais comme nous l'avons déjà indiqué à plusieurs reprises dans nos analyses, le fait de rester sous la résistance horizontale (verte) augmente le risque d'aller retester les plus bas de novembre.

 

 

Au niveau des indices individuels, le DAX et l'Eurostoxx sont sur des supports importants qu'il vaudrait mieux ne pas casser. Une rupture de ces niveaux provoquerait, vraisemblablement, une accélération baissière.

 

USA

Alors que les indices boursiers ont été portés par les rumeurs de réforme fiscale depuis la mi-août, l'annonce du vote par le sénat américain de sa version de réforme fiscale a été accueillie de façon mitigée par les investisseurs. En effet, après avoir avoir ouvert en nette hausse ce lundi, la plupart des indices se sont retournés en séance et ont clôturé au plus bas de la séance. Ce mardi, cette pression vendeuse s'est à nouveau accentuée et les indices ont à nouveau été vendus. Le Sigma Whole US Undex est proche d'un support horizontal (vert). Une cassure de ce niveau provoquerait une probable accélération baissière et le support horizontal rouge serait sans doute testé dans la foulée.

 

 

Au niveau des indices individuels, le Nasdaq, star de 2016 et 2017, semble particulièrement impacté suite à l'annonce du vote de la réforme fiscale américaine par le sénat. Si l'on peut comprendre que les valeurs technologiques sont vendues car elles bénéficieront peu (voir pas du tout dans certains cas) de la réforme fiscale, nous nous expliquons difficilement la faiblesse des small & mid caps qui seront les grandes gagnantes de la réforme. La seule explication cohérente est que l'essentiel des bonnes nouvelles a déjà été intégré dans les cours (depuis la mi-août) et nous sommes donc désormais en présence d'un traditionnel "buy the rumor, sell the news (acheter la rumeur, vendre la nouvelle)".

 

Conclusion

S'il est vrai que le mois de décembre est généralement porteur pour les indices d'actions, il nous semble que l'activité de cette semaine devrait inciter à la plus grande prudence. De plus, avec la réunion de la Fed la semaine prochaine, le marché pourrait être confronté à un discours plus dur qu'attendu ("hawkish") de la part de J.Yellen. Nous craignons donc que les prochaines semaines soient difficiles pour les investisseurs, et nous n'excluons pas du tout une correction en début d'année 2018 tout comme nous l'avons connu en 2015.

5/12: Modifications de nos activités au 31/12

La règlementation MiFid II entrera en vigueur le 1er janvier 2018 et cela aura un impact significatif sur toutes les entreprises en contact avec les investisseurs particuliers, nous ne serons pas épargnés par cette directive.

Concrètement, cela signifie que nous devrons modifier le contenu de certains modules du site et en supprimer d'autres. Nous avons décidé de suspendre tout nouvel abonnement sur le site durant notre période de réorganisation (le menu "inscription" sera désactivé dans les prochaines heures).

Nous vous souhaitons une excellente journée,

L'équipe Sigma

 

4/12: Analyse du week-end

La saison des résultats touche à sa fin et les résultats ont été bons aux USA. 490 sociétés du S&P500 (98%) ont reporté leurs résultats. 363 (74%) ont battu les attentes en termes de bénéfices tandis que 324(66%) ont battu les attentes en termes de revenus. Le taux de croissance bénéficiaire moyen (yoy) est impressionnant à +6,3% mais il ne faut pas perdre de vue que ce chiffre est fortement biaisé par les 135% de croissance bénéficiaire du secteur de l’énergie. L’énergie (+135%), les valeurs technologiques (+20%) et les matériaux (chimie, matières premières, acier, …) (+11%) sont les secteurs qui affichent le taux de croissance bénéficiaire annuel le plus important aux USA tandis que les valeurs financières (-8%), les services aux collectivités locales (-4%) et les valeurs industrielles (0%) sont les secteurs qui affichent la plus forte décroissance en glissement annuel. Pour le 4ème trimestre, 71 sociétés du S&P500 (14%) ont revu à la baisse leurs prévisions bénéficiaires tandis que 36 sociétés (7%) ont revu à la hausse leurs prévisions bénéficiaires.

En Europe, la saison des résultats se poursuit. 317 sociétés du Stoxx600 (53%) ont reporté leurs résultats et ceux-ci sont plus mitigés qu’aux USA. 147 (46%) ont battu les attentes en termes de bénéfices (vs une moyenne historique à 50%) tandis que 144 (45%) ont battu les attentes en termes de revenus (vs une moyenne historique à 54%). L’énergie (+53%), les services aux collectivités locales (+19%) et les services de télécommunications (+18%) sont les secteurs qui affichent le taux de croissance bénéficiaire annuel le plus important en Europe tandis que les valeurs financières (-16%), les soins de santé (-6%) et les valeurs de consommation cycliques (-4%) sont les secteurs qui affichent la plus forte décroissance en glissement annuel.

Aux USA, la semaine boursière a été rythmée par les négociations sur le vote de la réforme fiscale par le sénat américain. Si le vote n’a pu avoir lieu ce jeudi, le sénat a finalement adopté sa proposition de réforme dans la nuit de vendredi à samedi. D Trump espère désormais pouvoir signer le projet de loi avant la Noël et ainsi remporter sa première victoire politique. L’annonce de cette victoire politique des républicains va permettre aux analystes d’intégrer une réduction du taux d’imposition des entreprises américaines dans leurs modèles financiers, et devrait augmenter les attentes bénéficiaires du S&P500 d’environ 5 à 8%. Ceci devrait donc soutenir les indices américains à court terme.

En Europe, l’Allemagne reste dans une impasse politique en raison de l’échec des négociations en vue de former un nouveau gouvernement. En Espagne, les élections anticipées du 21 décembre en Catalogne sont une source d’instabilité politique pour l’Union Européenne et on peut craindre une hausse de la volatilité sur les marchés (européens) en cas de victoire des séparatistes. A l’inverse, une « non-victoire » (car une défaite n’est pas indispensable) des séparatistes devrait permettre une poursuite de la reprise sur les indices européens. A noter que l’IBEX ne participe pas du tout au rebond entamé par les indices européens depuis la mi-août, ce qui implique que le potentiel de rattrapage de cet indice est très important en cas d’apaisement des tensions entre la Catalogne et Madrid (environ 10% à 15% en relatif).  

En Chine, les marchés financiers restent nerveux en raison de la volonté gouvernementale de réduire le niveau d’endettement dans l’économie. Même si ces mesures sont indispensables pour assurer un développement sain de l’économie chinoise sur le moyen terme, des politiques gouvernementales trop restrictives en matière de crédit pourraient créer un choc (négatif) dans les marchés financiers asiatiques et ceci pourrait, bien entendu, avoir un impact sur l’Europe et les USA, tout comme durant l’été 2015.

Economie:

Après s'être détériorées pendant de nombreuses semaines durant l’été, les surprises économiques américaines (courbe bleue) poursuivent leur rebond entamé début septembre et sont quasiment au même niveau qu’en Europe. Cela signifie donc que les statistiques économiques publiées au-dessus des attentes sont nettement plus nombreuses que les statistiques économiques publiées en-dessous des attentes et ceci constitue un élément positif pour le marché. En Europe, les surprises économiques (courbe rouge) progressent encore. Cependant, ces surprises économiques (en Europe comme aux USA) sont désormais sur des niveaux où l’on a assisté à des situations de retournement depuis 2011, il sera donc important de voir si le momentum économique parvient encore à s’améliorer au départ des niveaux actuels ou si au contraire nous sommes proches d’un pic de momentum dans la dynamique économique.

 

Valorisation:

Suite à la forte hausse des actions européennes en début d'année 2017, le score de valorisation est passé de '3' (neutre) à '2' (inattractif). Il reste à ce niveau cette semaine. On peut donc  considérer que, tout comme aux USA, le marché européen est onéreux sur base de ses propres multiples historiques de valorisation même si, en termes absolus, il reste nettement moins onéreux que le marché américain.

 

 

On peut constater sur les graphiques (ci-dessous) que la baisse récente du marché européen a permis à certains ratios comme le P/E reporté (sur les 12 derniers mois) de revenir sur des niveaux en ligne avec sa moyenne historique. Malheureusement, un grande nombre de ratios de valorisations restent sur des niveaux largement supérieurs à leur moyenne historique et confirment donc la cherté relative du marché européen.

 

 

Il est également intéressant de noter que le rendement sur dividende est désormais en-dessous de sa moyenne historique (voir graphique ci-dessous), ce qui signifie que les actions pourrait perdre une grande partie de leur attractivité relative si les taux venaient à remonter.

 

 

Aux USA, le score de valorisation reste à '2' (inattractif). Il est vrai que le marché américain réalise régulièrement de nouveaux sommets historiques dans un environnement où les révisions bénéficiaires restent modérées. Ceci implique donc que le marché américain devient de plus en plus onéreux.

 

 

Le P/E reporté (sur base des résultats réalisés) se situe au-dessus de 20, ce qui n'était plus arrivé depuis 2001. De même, le P/E estimé sur base du consensus des bénéfices à 12mois est sur des niveaux extrêmement élevés (second graphique), et le ratio EV/Sales se situe sur des niveaux similaires à ceux de la bulle internet de l'an 2000...

 

 

Tout comme en Europe, le rendement sur dividende des actions américaines est désormais en-dessous de sa moyenne historique (voir graphique ci-dessous).

 

Sentiment:

L'écart « bull vs bear » (courbe bleue) a fortement rebondi cette semaine et prolonge l’environnement de forte volatilité qui a débuté il y a quelques semaines. Cette volatilité dans le sentiment global du marché met en évidence une nervosité grandissante des investisseurs, ce qui n’est, à priori, pas positif pour le marché. Dans le même temps, le sentiment neutre (courbe rose) reste proche des 35% et est toujours important. Aucune démarche contrarienne ne peut donc être appliquée à ce stade.

 

 

La volatilité connait de nouveaux soubresauts après avoir retesté ses plus bas historiques. Comme nous l'avons déjà mentionné à plusieurs reprises, une clôture au-dessus du seuil des '17' est nécessaire afin de confirmer le passage d'un environnement de volatilité extrêmement faible à un environnement de volatilité "normalisée". Un tel passage impliquerait une volatilité plus importante sur les indices et des périodes de consolidation plus fréquentes et plus profondes.

 

Analyse Technique:

Le nombre de sociétés se traitant au-dessus de leur moyenne à 20 semaines baisse depuis plusieurs semaines et ceci met donc en évidence une détérioration de l'environnement technique du marché.

 

 

Le nombre de sociétés réalisant de nouveaux sommets à 6 mois (courbe verte) a sensiblement augmenté cette semaine tandis que  le nombre de sociétés réalisant de nouveaux points bas à 6 mois (courbe rouge) a légèrement baissé. Cette situation est conforme à celle d’un marché haussier.

 

Après avoir été repassé positif pendant plusieurs semaines, le score technique du marché européen est repassé à '3' (neutre).

 

 

Aux USA, notre score technique fluctue entre '5' (tendance haussière forte) et ‘4’ (tendance haussière) depuis plusieurs semaines. Cette semaine il repasse à ‘5’ (tendance haussière forte).

 

 

Le Sigma Whole Europe Index ne parvient pas à repasser au-dessus de sa résistance et ceci met l’indice à risque de retester les plus bas de novembre. Une cassure de ces niveaux mettrait les marchés européens dans une situation particulièrement délicate.


 

Après avoir rebondi sur des supports techniques importants, la plupart des indices européens ne parviennent pas vraiment à repartir de l’avant. La situation reste incertaine et il n’est pas impossible que les plus bas de novembre soient retestés dans les prochaines séances. Il est important que ces niveaux résistent car une cassure des supports provoquerait une probable accélération baissière dans le marché.

 

 

Les tensions entre séparatistes catalans et Madrid ont créé une situation de sous performance importante de l'IBEX par rapport aux autres places européennes. Même si la situation est loin d'être résolue, nous considérons que certaines valeurs espagnoles (à forte exposition internationale) et l’IBEX lui-même sont désormais attractifs pour les investisseurs à moyens termes.

 

 

Le Sigma Whole US index reste extrêmement bien orienté à ce stade et il n'y a aucun signe de retournement. Tant que l'indice reste au-dessus de son second support horizontal (rouge), la poursuite de la hausse est le scénario à privilégier et tout repli de marché constitue donc une opportunité d'investissement pour les investisseurs actifs. Pour les investisseurs à moyens/longs termes, nous sommes nettement plus prudents car les valorisations actuelles sont élevées et les rendements sur dividende ne sont plus vraiment attractifs par rapport aux moyennes historiques. Nous craignons donc que le rendement total des actions américaines soit en dessous des moyennes historiques dans les prochains mois et trimestres.

 

 

Cela fait quelques temps que nous envisageons un scénario de « blow off top » (mouvement asymptotique) sur le marché américain pour clôturer la phase haussière actuelle et réaliser un sommet majeur. Ce scénario semble de plus en plus probable, et il nous semble même que cette situation est en train de se produire actuellement. Il est tout de même intéressant de noter l’extrême volatilité de ce vendredi après les révélations selon lesquelles M.Flynn était prêt à témoigner contre D.Trump dans l’enquête sur de possibles collusions entre l’équipe électorale de D.Trump et des représentants russes. Ceci montre donc que les investisseurs restent dans le marché mais sont des plus en plus mal à l’aise et sont prêts à sortir à tout moment.


Conclusion:

La saison des résultats est quasiment  terminée aux USA, et elle a été bonne. En Europe, la saison des résultats se poursuit mais les surprises bénéficiaires sont nettement plus modérées qu’aux USA et sont en-dessous des moyennes historiques.

La dynamique économique reste forte aux USA tout comme en Europe et ceci devrait permettre aux analystes et stratégistes de continuer à revoir positivement leurs hypothèses de croissance pour les mois à venir.

Les niveaux de valorisation restent élevés en Europe comme aux USA sur base des multiples historiques.

Au niveau du sentiment de marché, on peut constater une volatilité importante dans l’écart « bull vs bear », ce qui met en évidence une certaine forme de nervosité chez les investisseurs, même si les niveaux de volatilité (VIX) actuels semblent indiquer une grande sérénité dans le marché. Ce calme semble donc devoir être quelque peu relativisé.

Du point de vue technique, le marché européen ne parvient pas à franchir des résistances importantes et semble donc être en danger pour l’instant. Aux USA, les indices restent bien orientés et il n’y a aucun signe de retournement à ce stade.

Sur le front politique, le vote par le sénat de « sa » réforme fiscale américaine constitue une nouvelle avancée et rapproche considérablement D.Trump d’une première victoire politique et devrait permettre aux analystes d’intégrer une réduction du taux de taxation des entreprises américaines dans leurs modèles, ce qui devrait (normalement) soutenir les indices dans les prochaines semaines.

En Europe, les élections anticipées du 21 décembre en Catalogne devraient rendre les investisseurs nerveux à l’approche du scrutin. Une « non-victoire » (car une défaite n’est pas indispensable) des indépendantistes catalans devrait, normalement, permettre un net rebond des indices européens, et surtout de l’IBEX. Néanmoins, nous considérons que le risque rendement actuel est attractif sur les valeurs espagnoles à forte exposition internationale et sur l’IBEX lui-même.